Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2008

You're leaving the hype sector #5

Le feuilleton littéraire par Agnès V.*  : cinquière épisode! le grand retour!!! (ps : chapeau bas, Agnès a reçu un texte de Michel Houellebecq pour sa revue "J'aime beaucoup ce que vous faites"!)

 

medium_Agnesontheberlinwall.jpg« You’re leaving the hype sector »

 

feuilleton littéraire

par Agnès V.*




Episode 5

Ou comment je n’ai plus eu peur du noir


« Abuse of power comes as no surprise » (Jenny Holzer)


« J’avais toujours pensé qu’on aimait l’autre parce qu’il vous faisait du bien. J’avais rencontré M. un soir où justement j’avais prévu de ne pas rencontrer : mal habillée, mal disposée, mal à la droite du cœur. J’avais un livre à la couverture blanche pour un garçon aux idées noires.

J’avais prévu d’être sans lui et nous nous sommes connus. Puis il y a eu de jolies choses.
Quelques mois après que nous ayons rompu, je décidai de retourner sur les lieux de notre histoire. Je choisis la date de la St Valentin pour un dîner chromatique avec une bonne amie. Un an auparavant M. et moi dînions de noir, cela me semblait une bonne idée qu’une réappropriation monochrome.

En arrivant au restaurant du centre d’art où j’avais réservé, je repensais à ces rencontres et scenarii multiples qu’une vie  m’avait offerts.
Mathieu, Paul, Jean, Philippe, Olivier et Jérémy.
Paolo, Stéphane, Alexandre.
John, Mike, Yvan, Matteo, Giuseppe. Olafur.

Accumulation d’amours, phosphènes, allers-retours de battements. Mirages et larges accélérations.
On est sincères, on réitère.

Le serveur est arrivé, nous a accompagnées à notre table. Je pensais que parmi tous ces hommes M. était le plus beau. J’avais peur de le recroiser, il était sur un piédestal si haut que je ne voyais plus devant moi.
Parmi tous, il devait être celui que je voyais le plus impressionnant.

En m’asseyant je vis un jeune garçon qui traversait la salle. Seul, vêtu d’un cuir, d’un bandana d’adolescent et d’un sac déchiré, M. ne souriait pas, sa mèche ne cachait pas son regard vide. Il avait l’air banal.

J’ai souvenir d’avoir pensé qu’il était, oui, beaucoup plus grand dans ma mémoire. Peut-etre nos piédestaux sont-ils trompeurs ?

J’ai commandé un risotto. »


Témoignage de Christine A., Neuilly – Plaisance.

 

Bande son : Black Montain, No Satisfaction

 

 

 

* : Agnès V.* est la créatrice de la revue littéraire "J'aime beaucoup ce que vous faites"

Les commentaires sont fermés.